Derniers commentaires

+1. Les psychiatres et autres médecins ...

07/03/2014 @ 19:01:11
par Albeatre


Bonjour, Je suis sous seroplex 7,5 mg ...

11/08/2012 @ 17:31:34
par loukoum


bonjour,je voudrais savoir je prends un ...

05/07/2012 @ 12:08:36
par richard


Calendrier

Septembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
 << <Oct 2017> >>
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
Affichage des articles postés en: Septembre 2016

30 Sep 2016 

la défonce médicamenteuse



«L’état d’urgence est déclaré. Aux ravages causés par les antidépresseurs, s’ajoutent ceux du cannabis, de l’ecstasy et du crack. »

30 Sep 2016 

psychiatrie mortelle et négationnisme organisé


Dans cet ouvrage, en se basant sur les faits disponibles, l’auteur de Psychiatrie mortelle et déni organisé montre que la manière dont nous utilisons habituellement les médicaments psychiatriques inflige beaucoup plus de tort qu’elle ne fait du bien. Le professeur et médecin Peter C. Gøtzsche établit que les médicaments psychiatriques tuent chaque année plus d’un demi-million de gens de 65 ans et plus aux États-Unis et en Europe. Ces médicaments sont la troisième cause de décès après les maladies cardiaques et le cancer. Or, la consommation actuelle de psychotropes pourrait être réduite de 90 %, tout en améliorant la santé mentale et physique ainsi que la survie des patients.
Dans son livre, Gøtzsche soutient aussi que les chefs de la psychiatrie – souvent à la solde de l’industrie pharmaceutique – ont créé et promu de nombreux mythes pendant des décennies pour mieux cacher le fait que la psychiatrie biologique a été généralement un échec


Deadly psychiatry and organised denial



500 000 décès par an en occident à cause des antidépresseurs, somnifères et neuroleptiques
Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu’il serait possible d’arrêter l’utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d’arrêter l’utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.